L’ESCARGOT REDORE
SA COQUILLE

Pour redorer la coquille d’une telle institution, il fallait l’œil créatif et technique d’un architecte d’intérieur capable d’assurer le confort des clients, tout en acceptant de se soustraire aux contraintes de la restauration. Richard Lafond se frotte à la mémoire autant qu’au décor classé. Lafond accessoirise tout en finesse et exécute ici un exercice de style, dépoussiéré de sa superbe endormie, le voici réveillé dans ses jeux de salons racontant chaque jour une histoire différente.
Si les cuisines mènent la danse, le service reste discret et efficace de la pergola arborée côté rue jusqu’au salon Sarah B dans son écrin du premier étage. Lorsqu’un endroit est accaparé il faut comprendre le lieu et aussi considérer que ce qu’il y avait avant n’était pas si mal.